--------------------------- www.veto57.fr --------------------------- Le site de la clinique vétérinaire des faïenceries --------------------------- Sarreguemines --------------------------- URGENCES ASSUREES 24h/24 et 7J/7 03 87 95 32 79 Lu-Ven 8h-12h30 et 14h-19h Sa: 8h-12h30 et 15h-18h
---------------------------  www.veto57.fr  ---------------------------  Le site de la clinique vétérinaire des faïenceries---------------------------  Sarreguemines  ---------------------------                                             URGENCES       ASSUREES       24h/24 et 7J/7                            03 87 95 32 79 Lu-Ven 8h-12h30 et 14h-19h Sa: 8h-12h30 et 15h-18h

L'asthme

Cette affection concernerait 7 % de la population adulte française et toucherait 1% de la population féline et notamment 5% des chats siamois. 
L’asthme du chat serait d’origine allergique et ferait partie de l’atopie féline, à côté d’affections cutanées comme la dermatite miliaire, le complexe granulome éosinophilique félin.(allergie d type I). Aucune étude n’a été faite pour savoir si une prédisposition génétique existerait chez les félins comme chez l’homme (gène ADAM33). 

 De même, aucune étude n’a été publiée d’une part sur l’impact de la pollution sur les bronches de nos compagnons et d’autre part sur le « surhygiène » qui entrainerait un manque d’auto-immunisation et qui expliquerait aussi la montée des allergies. 

Tous les chats, q.q soit leur âge peuvent développer un syndrome asthmatiforme, mais il semblerait que les animaux âgés entre 1 à 8 ans soient plus particulièrement affectés. 
Les chats obèses sont plus enclin à devenir asthmatique !  


LES SYMPTÔMES

Comme chez l’homme, l’asthme félin se manifeste par des crises de grandes difficultés respiratoires. Le chat reste assis et tend le cou en avant et tire la tête vers le bas… Il respire la gueule ouverte , il présente des efforts respiratoires abdominaux …les pupilles sont dilatées, la langue souvent cyanosée ( bleue), le regard du chat est anxieux…. 
La crise peut ne durer que q.q minutes mais elle peut entrainer la mort par suffocation…  


LE DIAGNOSTIC

Il est essentiellement clinique : 
En dehors des symptômes décrits précédemment, le chat présente à l’auscultation cardiorespiratoire, 2 types de bruits anormaux : 
-Sifflements diffus, témoins d’une atteinte respiratoire profonde. Ces bruits, surtout expiratoires, résultent d’une diminution du calibre des bronches… 
-Crépitements : Ces bruits discontinus égaux entre eux, apparaissent en début d’inspiration et /ou de l’expiration, sont plus facile audibles après la toux…(1).   

L’examen radiologique n’apporte rien dans de bien intéressant pour le diagnostic de l’asthme. La présence d’une éosinophilie sanguine, présente dans 75% des cas ne reste cependant qu’un élément d’orientation. Et non une certitude. Le diagnostic par intradermo-réaction ( tests cutanées) présente peu d‘intérêt chez le chat : un test positif ne signifie pas nécessairement que le chat est atopique, de même qu’un test négatif ne veut pas dire que le chat n’est pas sensibilisé à cet allergène… Le dosage des IgE sériques est encore à l’étude expérimentale… :  


LES ALLERGÈNES RESPONSABLES

Ce sont essentiellement des aéroallergènes : 

-Pollens ( asthme saisonnier !) 
-Poussières de maison : acariens : dermatophagoides farinae -
Fumées :cigarettes, cheminée… 
-Poussières : de la litière, tapis, des croquettes… 
-Aérosols : parfums, désodorisants… 
-Produits ménagers : détergents… 
-Produits chimiques, la pollution probablement…  

Les trophallergènes ou allergènes alimentaires ne procurent que rarement une crise asthmatiforme chez le chat. Cependant, certains chats semblent répondre favorablement à une alimentation hypoallergénique, peut-être à cause du passage sous le seuil de sensibilité allergique bien que le facteur responsable soit un aéro-allergène. Comme chez l’homme, le stress pourrait être aussi un facteur déclenchant de la crise d’asthme.   


MÉCANISME D’ACTION

« Le chat présente des particularités qui le prédisposent à l’asthme, notamment le caractère élastique du cartilage des voies respiratoires. 
Lors de la présence d’aéro-allergènes au niveau bronchique, la fixation de complexes IgE-antigènes à la surface des mastocytes entraine leur dé granulation avec libération d’histamine, sérotonine, et divers cytokines pro-inflammatoires…, et l’afflux de granulocytes éosinophiles. 
Parallèlement, le système orthosympathique est inhibé alors que le système parasympathique est stimulé. Les conséquences sont un œdème et une infiltration cellulaire de la muqueuse bronchique et une broncho constriction et hypersécrétion de mucus, l’ensemble étant responsable d’un rétrécissement majeur des voies aériennes st de la crise d'asthme  » (2)   



TRAITEMENTS

1-/ D’éviction :  
Les traitements d’éviction consistent à supprimer les facteurs responsables de l’asthme. 
Il faut donc : 
-supprimer les sources de poussière et l’ habitat des acariens ( tapis, coussins…) 
-passer régulièrement l’aspirateur, muni d’un filtre anti-acarien 
-laver régulièrement les lieux de couchage à l’eau chaude 
-éviter les parfums, les aérosols, le tabac 
-éviter de laver les sols à grande eau, car l’humidité est mauvaise pour les bronches ! 
-supprimer la nourriture déshydratée ( croquettes) à cause de la présence d’acariens de stockage? (publication du Dr Prost, vétérinaire dermatologue).  

2-/ Traitement médical allopathique :  

A) -Bronchodilatateurs  

Les principaux symptômes de l’asthme sont des sifflements , conséquences d’une broncho-contraction, d’où l’intérêt thérapeutique des broncho-dilatateurs : 

- Les Methylxanthines ,dont la théophylline:  

La théophylline favorise le relâchement des muscles lisses bronchiques et du diaphragme ( Dilatrane ND)  

B) - Glucocorticoïdes   

La Dexamethasone et la Prednisolone sont les plus utilisées en présentation orale ou injectable à action immédiate ou retard… 
Leur emploi à long terme n’est pas sans effets secondaires ( polyurie, polyphagie, polydipsie…).  

C) - l’Aérosolthérapie : (nébulisation ou spray doseur)  

Des corticoïdes comme la Fluticasone, des bronchodilateurs comme le Salbutamol, plus connu sous le nom de Ventoline chez l’homme sont utilisés et permettent d’utiliser de très faibles doses de médicament pour obtenir de bons effets thérapeutiques avec un minimum d’effets secondaires!  

D) - Immuno-modulateurs  

La ciclosporine (Atopica ND) permet d’éviter la dégranulation des mastocytes qui alors libèrent de l’histamine de la sérotonine…, génératrices de la crise d’asthme. Cependant, cette molécule peut présenter sur certains chats des effets de hépato, néphro, voire neuro-toxicité. De plus son coût de revient est élevé pour une utilisation à long terme    

SERVICE DE GARDE

24h/24 et 7J/7! 

En cas d'urgence UNIQUEMENT

03 87 95 32 79 

Comment reconnaitre une urgence?

 

Pour la prise de RDV ou un renseignement merci d'appeler pendant les heures d'ouverture de la clinique

Coordonnées

Adresse

Clinique vétérinaire des faienceries

14 Boulevard des faienceries

57200 Sarreguemines

Téléphone:    

03 87 95 32 79

Fax:

03 87 98 28 10

Email

cliniquedesfaienceries@gmail.com 

Heures de consultations