--------------------------- www.veto57.fr --------------------------- Le site de la clinique vétérinaire des faïenceries --------------------------- Sarreguemines --------------------------- URGENCES ASSUREES 24h/24 et 7J/7 03 87 95 32 79 Lu-Ven 8h-12h30 et 14h-19h Sa: 8h-12h30 et 15h-18h
---------------------------  www.veto57.fr  ---------------------------  Le site de la clinique vétérinaire des faïenceries---------------------------  Sarreguemines  ---------------------------                                             URGENCES       ASSUREES       24h/24 et 7J/7                            03 87 95 32 79 Lu-Ven 8h-12h30 et 14h-19h Sa: 8h-12h30 et 15h-18h

Chinchilla : fiche d'identité et principales maladies

 

Le chinchilla est un rongeur de compagnie qui devient très populaire aujourd’hui. Sa fourrure exceptionnellement soyeuse fait la joie de ses propriétaires. Cet article donne les principales caractéristiques biologiques, les grands principes d’alimentation et d’entretien, et présente les principales maladies que l’ont peut rencontrer chez le chinchilla.

 

 

 

Zoologie

  • L’espèce domestique correspond au croisement Chinchilla laniger x Ch. brevicauda
  • Couleur standard grise avec dessous du corps plus clair.
  • Nombreuses mutations à dominante noire, blanche, beige, bleutée.
  • Gène létal chez les sujets Velvet et Wilson white.

 

Particularités biologiques du chinchilla

  • poids adulte mâle : 400-500 gr, femelle : 450-600 gr
  • formule dentaire : I  1/1 C 0/0 PM 1/1 M 3/3 soit 20 dents hypsodontes
  • formule vertébrale : 7 C 13 T 6 L 4 S,12 Co soit 42 vertèbres
  • consommation de nourriture : 30-40 g/jour,
  • consommation d’eau : 10-20 ml/jour
  • longévité : 10 ans (parfois 20 ans),
  • température corporelle : 38-39°C

 

Physiologie de la reproduction du chinchilla

  • âge de la maturité sexuelle : 9 mois (mâle), 4-5 mois (femelle)
  • saison sexuelle : de novembre à mai, anœstrus estivo-automnal de 5 mois
  • cycle polyœstrien, durée des chaleurs de 31 jours en moyenne (en fait très variable)
  • durée de gestation : 110-120 jours (en moyenne 112 jours)
  • nouveaux nés nidifuges, 1-3 petits par portée, 2 portées par an, sevrage à 6-8 semaines
  • 3 paires de mamelles,
  • œstrus post-partum fertile (12 heures après la mise-bas)

Conditions d’entretien du chinchilla

Alimentation

  • herbivore stricte, alimentation sèche : 30 g d’aliment complet sous forme de pellets dosés à 18-20 % de protéines, foin de bonne qualité distribué ad libitum.
  • éviter les légumes frais, les aliments pour lapins ou cobayes

Milieu de vie

  • grande cage spacieuse (80x50x100 cm) avec plusieurs niveaux
  • litière : foin en couche épaisse, paille de chanvre brisée, copeaux, litière végétale. Eviter la litière pour chats.
  • bains de sable avec une terre à bain spécifique, pour éliminer l’excès de sébum de la peau.
  • éviter de placer la cage dans un endroit humide, ou d’exposer aux courants d’air.

Contention

  • manipulation douce pour éviter les morsures, placer une main au niveau des épaules et l’autre au niveau de la croupe, on peut aussi le saisir par la base de la queue.

N.B. Eviter l’extrémité de la queue et le pincement de la peau (risque de chute de poils ou fur slip dû à une vasoconstriction réflexe).

 

Les dominantes pathologiques

Affections digestives

  • Anomalies dentaires et malocclusions : à suspecter devant tous sujets dont l’appétit est conservé et qui refusent de s’alimenter ; les lèvres et le menton sont souillés par la salive. L’origine est héréditaire ( la malocclusion molaire se produit souvent vers 3-4 ans, elle est possible jusqu’à 10 ans), alimentaire (anorexie prolongée avec défaut de mastication donc d’usure) ou traumatique

 

  • Affections gastro-intestinales d’origine nutritionnelle
    • météorisme gastrique : il est dû à un excès de verdure dans la ration ou à l’absorption de poils
    • constipation : défaut d’abreuvement, absorption de litière à chat, parfois atonie intesti-nale sur des sujets âgés par manque d’exercice. Stase cœcale.
    • entérite : changement brutal de régime, manque de cellulose, excès protidique, foin moisi, légumes frais, perturbations environnementales (chaleur ambiante excessive).
  • Entérites bactériennes
    • salmonellose (S. typhimurium) formes aiguës avec mort en 24 heures ou chroniques avec dépérissement et diarrhées intermittentes.
    • pseudomonose (Pseudomonas  aeruginosa) : à l’origine aussi de morts subites, atteintes broncho-pulmonaires, hémorragies et abcès.
    • Escherichia coli, Proteus vulgaris, Listeria monocytogenes (zoonose)
    • Yersinia enterolytica : épizooties meurtrières dans les élevages français (notamment dans les années 80). A l’autopsie : entérocolite généralisée, foyers nécrotiques, adénite mésentérique.
    • Les entérites iatrogènes (médicamenteuses) font suite à une antibiothérapie inadéquate du type Bétalactamines qui favorise le développement de germes appelés clostridies (Cl.difficile, Cl. perfringens) dont les toxines provoquent une nécrose irréversible de l’épithélium intestinal. Mort en 3-6 jours.
  • Entérites parasitaires          
    • Coccidiose (Eimeria chinchillae), forme aiguë avec violente diarrhée aqueuse et hé-moragique, tympanisme abdominal et convulsions.
    • Giardiose.(Giardia intestinalis)
    • Helminthoses peu fréquentes(larves de cestodes, Hymenolepis nana).
  • Prolapsus rectal : il est consécutif à des diarrhées, à d’intenses efforts expulsifs (constipation, mise bas), à un état de stress. Il est souvent accompagné d’une intussu-seption colorectale et parfois d’un volvulus au niveau de l’intestin grêle (l’intestin se rentre dans lui-même). Pronostic très réservé et chirurgie souvent vouée à l’échec (en raison de la finesse de l’intestin ou de l’état de choc).
  • Affections liées à l’absorption de poils : trichobézoards, constipation, occlusion, stase digestive généralisée..

 

Affections respiratoires

  • facteurs prédisposants : courants d’air, transport, ventilation insuffisante, …
  • germes responsables : Pasteurella multocida, Bordetella bronchiseptica, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella peumoniae, Straphylococcus sp, Streptococcus sp.
  • signes cliniques :               
    • conjonctivite, rhinite, otite.
    • pleurésies et pleuropneumonies sont fréquentes.

Affections cutanées

  • dermatomycoses (teignes) : Trichophyton mentagrophytes, parfois Microsporum canis, M. gypseum. Lésions alopéciques croûteuses sur la tête, le museau, l’extrémité des pattes. L’aspect de la peau est mité.
  • une seule gale (Tricholaelaps chinchillae), très rarement rencontrée
  • puces assez fréquentes (Ctenocephalides felis, Xenopsylla cheopis),
  • poux rarement
  • fur-chewing : habitude vicieuse de mâcher la fourrure sur les flancs et l’arrière-train
  • grooming : dérive comportementale qui consiste à arracher le poil des congénères (elle témoigne une attitude dominante).

Affections cardio-vasculaires

cardiopathies

  • coup de chaleur (lorsque la température atteint brutalement 30-35°C)

 

Affections ophtalmiques

  • conjonctivites : irritation mécanique (par la terre à bain), manque de ventilation, origine bactérienne (Pseudomonas aeruginosa, Chlamydophila sp.), carence en vitamine A
  • kératites ulcéreuses d’origine traumatique
  • cataractes de la corticale postérieure

 

Affections de la reproduction

  • paraphimosis du mâle par un anneau de poils avec risque de nécrose du pénis.
  • infections de l’appareil génital femelle : P. aeruginosa, S. aureus.
  • dystocie sur femelle saillie trop jeune ou par excès de volume fœtale.
  • toxémie de gestation : à la mise bas ou pendant la gestation
  • mortinatalité : par anoxie fœtale, agalaxie ou cannibalisme puerpéral

.

Affections métaboliques

  • crises convulsives : carence en vitamine B1*, coup de chaleur, carence en calcium, épi-lepsie essentielle
  • calcinose par hypervitaminose D
  • carence en Vit.E : myopathie dégénérative, stérilité.

*ces crises apparaissent soudainement et rétrocèdent rapidement sans séquelles appa-rentes. Le chinchilla s’immobilise, ses oreilles se baissent, les yeux se ferment. Le corps est agité de tremblements, la têt est penchée sur le côté et une véritable crise tétaniforme avec paralysie spastique peur s’installer. En quelques minutes les crises s’estompent et le chinchilla redevient normal.

SERVICE DE GARDE

24h/24 et 7J/7! 

En cas d'urgence UNIQUEMENT

03 87 95 32 79 

Comment reconnaitre une urgence?

 

Pour la prise de RDV ou un renseignement merci d'appeler pendant les heures d'ouverture de la clinique

Coordonnées

Adresse

Clinique vétérinaire des faienceries

14 Boulevard des faienceries

57200 Sarreguemines

Téléphone:    

03 87 95 32 79

Fax:

03 87 98 28 10

Email

cliniquedesfaienceries@gmail.com 

Heures de consultations