--------------------------- www.veto57.fr --------------------------- Le site de la clinique vétérinaire des faïenceries --------------------------- Sarreguemines --------------------------- URGENCES ASSUREES 24h/24 et 7J/7 03 87 95 32 79 Lu-Ven 8h-12h30 et 14h-19h Sa: 8h-12h30 et 15h-18h
---------------------------  www.veto57.fr  ---------------------------  Le site de la clinique vétérinaire des faïenceries---------------------------  Sarreguemines  ---------------------------                                             URGENCES       ASSUREES       24h/24 et 7J/7                            03 87 95 32 79 Lu-Ven 8h-12h30 et 14h-19h Sa: 8h-12h30 et 15h-18h

La maladie hémorragique du lapin

C’est une maladie virale (le virus est de la famille des Calcivirus et est apparu en France dès 1988).

La maladie atteint les Adultes mais aussi les jeunes à partir de 10 semaines. Elle peut apparaître en toutes saisons sous forme de très fortes épizooties et peut affecter tout le territoire européen.

Un lapin sain peut être contaminé par le contact direct avec un lapin malade ou en incubation. Les fourrages ou la paille contaminés par des animaux morts ou malades, ainsi que les visiteurs de l’élevage, les chiens, etc.…sont une autre source de transmission de la maladie.
Le lièvre, le cobaye sont insensible à ce virus

La maladie est très rapide dans son action et la mortalité est très grande.
L’appareil respiratoire est atteint et présente un syndrome hémorragique. Il y a atteinte du Foie (hypertrophie et friabilité).

Il n’existe aucun traitement.

La vaccination et les protections sanitaires sont les seuls moyens de lutter contre cette maladie. On devra éviter les contacts entre les chiens et les lapins, les échanges de reproducteurs ainsi que la distribution de fourrages verts lorsque la maladie est installée.
La vaccination se fait dès l’âge de 5 semaines, avec un rappel à 10 semaines. Puis on vaccine tous les ans. Il faut éviter de vacciner des animaux malades ou fièvreux.

Les dents du lapin: cause de pathologies!

Une compréhension de la pathologie dentaire du lapin et le choix et l'interprétation d'examens complémentaires adaptés passent obligatoirement par une bonne connaissance de l'anatomie du crâne. L'implantation des dents permet d'expliquer par exemple toutes les conséquences d'une malocclusion ou d'un abcès dentaire. Cet article a pour but de donner au praticien une vision de la « géographie dentaire » du lapin.

CARACTERISTIQUES DE LA DENTITION DU LAPIN

Les caractéristiques de la dentition du lapin sont les suivantes :
- Dentition diphyodonte : succession de dents lactéales (ou déciduales) et adultes (ou permanentes). Les incisives sont présentes à la naissance. Molaires et prémolaires apparaissent vers l'âge de 3 à 4 semaines.
- Dentition hétérodonte : existence de différents types de dents (incisives, molaires, prémolaires). Cependant, les molaires et les prémolaires étant analogues (à l'exception de la troisième molaire qui a tendance à être plus petite), de nombreux auteurs utilisent souvent pour les désigner le terme de dents jugales.
- Dentition élodonte et hypsodonte : les dents sont longues, à racine ouverte et à croissance continue (de l'ordre de 10 à 12 cm par an pour les incisives soit environ 2 mm par semaine). Elles ne développent pas de réelles racines anatomiques et sont ainsi dites aradiculaires.


FORMULE DENTAIRE

Le lapin possède 28 dents réparties en 4 incisives, 6 prémolaires et 6 molaires à la mâchoire supérieure et 2 incisives, 4 prémolaires et 6 molaires à la mâchoire inférieure. La formule dentaire est donc : I 2/1, C 0/0, PM 3/2, M 3/3. La seconde paire d'incisives (plus petite et de section ronde) présente à la mâchoire supérieure est vestigiale, sans fonction et caractéristique des lagomorphes. Ces derniers sont ainsi également appelés Duplicidentés par opposition aux Simplicidentés (rongeurs).


POSITIONNEMENT DES DENTS

Lorsque la mâchoire est fermée, le bord antérieur de l'incisive inférieure est au niveau du bord postérieur de l'incisive supérieure et juste en avant de la seconde incisive. Les prémolaires et molaires mandibulaires sont inclinées vers l'intérieur de la cavité buccale. Les prémolaires et molaires maxillaires poussent quant à elles en direction de la muqueuse jugale.
La base des incisives inférieures est au contact avec celle des premières prémolaires mandibulaires. Les bases des PM3 et M1 à M3 maxillaires arrivent en regard de l'orbite au niveau de la bulle alvéolaire.
L'absence de canine laisse un espace appelé diastème. La mâchoire est allongée et son ouverture est très limitée. L'articulation temporo-mandibulaire est dorsale au plan d'occlusion dentaire.
Le nombre de molaires et de prémolaires étant différent sur chaque mâchoire, chaque dent mandibulaire est en contact avec deux dents maxillaires (et inversement) à l'exception de PM1sup et M3sup qui sont respectivement en contact avec seulement PM1inf et M3inf. L'affrontement des dents jugales décrit ainsi une petite dent de scie.

osteocranelapin1
osteocranelapin2

 

ETIOLOGIE DES MALOCCLUSIONS DENTAIRES

- Absence d’élément abrasif (foin de qualité, herbes) dans l’alimentation à l’origine d’un manque d’usure dentaire. La pousse dentaire se poursuit jusqu’à former des pointes dentaires.

- Prognathisme ou brachygnathisme : il est généralement congénital et se rencontre surtout dans les races naines et béliers. Les individus atteints doivent être écartés de la reproduction. La malocclusion touche en premier lieu les incisives et peut débuter vers l’âge de 4 mois.

- Traumatisme : fracture de dents ou de la mâchoire. Si une dent est cassée, la dent controlatérale s’use moins par absence de frottement.

- Anorexie prolongée à l’origine d’un manque de mastication et d’usure dentaire.

- Carence en vitamine D et calcium.

ETIOLOGIE ET FORMATION DES ABCES DENTAIRES

Ils résultent d’un traumatisme dans la cavité buccale par la consommation d’un végétal trop abrasif et coupant ou suite à une malocclusion dentaire. Les germes s’infiltrent dans les gencives jusqu’aux racines dentaires. Les structures avoisinantes commencent à se détruire progressivement. Une ostéite et une ostéolyse s’installent, la destruction osseuse peut être très importante (photos 1 et 2). Les germes sortent enfin de l’os pour former un abcès sous cutané avec une coque en regard de la lésion dentaire.

photo1
Photo 1

photo2
Photo 2

CONSEQUENCES D’UNE MALOCCLUSION DENTAIRE

- Anorexie et dysorexie due à l’incapacité de mastiquer et à la douleur.

- Déviation de la mâchoire car les dents de plus en plus longues s’appuient les unes sur les autres jusqu’à décaler la fermeture de la mâchoire.

- Incapacité à fermer la mâchoire. Lors de malocclusion importante des dents jugales, les incisives ne sont plus en contact lorsque la mâchoire est fermée.

- Ptyalisme et dermite secondaire du menton (photo 3).

photo3
Photo 3

- Lésions de la muqueuse jugale lors de malocclusion des molaires et prémolaires supérieures.

- Lésions linguales (photo 4) lors de malocclusion des molaires et prémolaires inférieures. A des stades avancés, une perforation linguale et des ponts dentaires peuvent être observés.

photo4
Photo 4

- Déviation des incisives inférieures vers l’extérieur de la cavité buccale (photo 5) et des incisives supérieures vers l’intérieur.

photo5
Photo 5

- Lésions secondaires de la muqueuse jugale et du palais lors de malocclusion des incisives supérieures.

- Lésions secondaires des lèvres (photo 6) et des narines (photo 7) lors de malocclusion des incisives inférieures.
photo6
Photo 6

photo7
Photo 7

CONSEQUENCES D’UN ABCES DENTAIRE

- Anorexie et dysorexie dues à l’incapacité de mastiquer et à la douleur.

- Malocclusion dentaire.

- Déformation de la face due à la présence d’un abcès sous cutané ou à la déformation osseuse secondaire à l’ostéolyse (photo 8).

photo8
Photo 8


Une perforation cutanée est également possible (photo 9)

photo9
Photo 9

- Epiphora par compression des conduits lacrymaux et dermite secondaire en avant de l’œil(photo10), et conjonctivite purulente lors d’abcès des incisives supérieures ou des prémolaires supérieures.

photo10
Photo 10

- Abcès rétrobulbaire, par passage de pus dans la cavité orbitaire en arrière de l’œil, se traduisant par une exophtalmie voire une luxation du globe oculaire (photo11).
photo11
Photo 11

- Rhinite purulente (photo12).

photo12
Photo 12

- Sécrétions purulentes dans la cavité buccale et inflammation des muqueuses linguales, jugales et gingivales.

 

SERVICE DE GARDE

24h/24 et 7J/7! 

En cas d'urgence UNIQUEMENT

03 87 95 32 79 

Comment reconnaitre une urgence?

 

Pour la prise de RDV ou un renseignement merci d'appeler pendant les heures d'ouverture de la clinique

Coordonnées

Adresse

Clinique vétérinaire des faienceries

14 Boulevard des faienceries

57200 Sarreguemines

Téléphone:    

03 87 95 32 79

Fax:

03 87 98 28 10

Email

cliniquedesfaienceries@gmail.com 

Heures de consultations